Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

28/01/2017

PARLONS VRAI MEME A SAINT MARTIN DE LONDRES

Précisions de M. Julien Aubert, député

julien_aubert_deputeEDITO : Petites précisions sur les assistants parlementaires, avant que vous ne jetiez la première pierre…
Je lis ici et là des réactions vives sur les révélations du Canard enchaîné concernant l’épouse de François Fillon. Dans le contexte abrasif de notre époque, marquée par la méfiance généralisée, cela se comprend parfaitement et je pense d’ailleurs que c’était exactement l’effet recherché par les informateurs du Canard. Je tiens cependant à préciser quelques points, pour ceux qui n’ont pas lu mon livre « Salaud d’Elu » (#salaudelu)
– L’enveloppe collaborateur du député, qui lui sert pour fonctionner, a une origine publique mais cela n’est pas pour autant de « l’argent public ». Ce n’est pas l’origine des fonds qui lui donne son origine publique mais l’organe qui le distribue… Sinon le traitement d’un fonctionnaire ou la pension qu’on verse à un retraité seraient considérés comme de l’argent public, même après avoir été déposés sur leur compte en banque !! Je comprends bien pourquoi ceci peut paraitre discutable pour les citoyens mais je l’affirme. Preuve en est : la Cour des comptes ne contrôle pas l’usage de ces sommes, alors qu’elle est compétente pour tout usage de deniers publics – Elysée compris. En effet, si l’Assemblée est une institution publique, le député est considéré en revanche comme un employeur privé, avec des contrats de droit privé, et il est dans la même situation qu’un indépendant qui choisit – à son avantage ou à ses dépens – de travailler avec tel ou tel. Aussi choquant que cela puisse sembler – car les Français n’aiment pas le népotisme – si le député choisit de travailler avec son fils et que celui-ci est un incapable c’est tant pis pour lui. Au moment de l’élection, il risquera la faillite…41icro9a6kl-_sx308_bo1204203200_
– Il est difficile d’évaluer le rôle de l’assistant parlementaire car chaque député a des besoins différents. J’ai des collègues qui ont des assistants qui répondent essentiellement au téléphone ou aux courriers ; d’autres ont des plumes ; d’autres des attachés de presse ou des conseillers politiques. En d’autres termes, tous ne produisent pas du papier…
– Sur le caractère présumé fictif de l’emploi occupé, normalement vous y avez recours lorsqu’il s’agit d’augmenter sans le dire le revenu de quelqu’un, à moindres frais. Dans le cas de François Fillon, je vois mal pourquoi il se serait donné cette peine. A l’époque des faits, la non-consommation de l’enveloppe collaborateurs revenait de droit au deputé employeur. Dès lors si l’idée était d’augmenter son revenu, nul besoin de passer par sa femme : il suffisait de n’employer personne ! C’était tout aussi légal, et encore plus simple – il économisait au passage le cout des cotisations sociales prélevées sur la même enveloppe. En revanche, vu les horaires et la vie particulière que les députés mènent, certains salarient des membres de leur famille tout simplement pour pouvoir les voir.
Voilà pourquoi avant de foncer tête baissée dans le beau scandale sorti à point nommé avant une élection capitale pour discréditer un candidat, il convient de réfléchir posément, d’attendre les éléments de justification de François Fillon sur le travail fait par sa femme et de bien comprendre toutes les implications de l’usage du crédit collaborateur. Je le dis d’autant plus sereinement que je n’ai jamais employé un membre de ma famille et que je milite pour une modification des règles d’emploi pour exclure les membres de la famille du député, afin d’éviter ce genre de polémique sans fin (j’avais d’ailleurs déposé une proposition de loi sur les collaborateurs de collectivités territoriales). A l’ère du soupçon, un député qui emploie sa femme est forcément coupable, alors que celui qui vous donne un coup de pouce pour placer la vôtre est un mec bien.
En parlant de soupçon, une dernière question pour alimenter la réflexion commune : qui pouvait avoir accès aux archives des contrat passés à l’Assemblée nationale par François Fillon, en dehors de son cercle, de manière à fournir au Canard des informations chiffrées très précises et des dates ? Et qui y avait intérêt ?

Julien AUBERT

NB, comme d’habitude, ce site est chaleureusement ouvert au débat d’idées et à l’échange d’arguments sans invectives ni insultes.

Publié par JD

23/01/2017

SECOURS CATHOLIQUE à SAINT MARTIN DE LONDRES

SECOURS CATHOLIQUE

 

SOLDES  à la boutique Solidaire

TOUS LES ARTICLES AU DELA DE 2€ SERONT A MOINS 50%

 

 

Samedi 28 Janvier 2017

De 9h30 à 12h30

7 Plan de Claustres – Saint Martin de Londres

EMPLOI SAINT MARTIN DE LONDRES

Agenda
 
Le lundi 23 janvier 2017

LES RENCONTRES DU RISE

TOUT VA PRESQUE BIEN A SAINT MARTIN DE LONDRES

Saint-Martin-de-Londres : des vœux sobres de mi-mandat

Saint-Martin-de-Londres : des vœux sobres de mi-mandat
Jean-Louis Rodier, à gauche, a remis le titre de maire honoraire à José Sorrola
 

Les Saint-Martinois se sont, comme chaque année, déplacés en masse afin d'assister à la traditionnelle cérémonie des vœux organisée par le maire et son équipe municipale.

Presque trois cents personnes se sont pressées dans la salle des rencontres. Il faut dire que la formule utilisée depuis maintenant plusieurs années, plaît car il s'agit d'un discours concis du maire associé à d'alléchantes agapes concoctées par la boulangerie La Tour.

 

De nombreuses personnalités étaient également présentes, Jacques Rigaud, conseiller départemental, Pierre Louis, représentant le président de la communauté de communes du grand pic Saint-Loup, ainsi que des maires des communes avoisinantes, les représentants de la gendarmerie et des sapeurs-pompiers.

Le discours, sobre, du maire s'est surtout attaché à faire le point de l'état d'avancement des différents projets en cours sur la commune. Il a ainsi cité la Maison de service au public qui rassemble dorénavant plusieurs services publics juste en face de la mairie,  puis les travaux de la station d'épuration qui permettent de lancer plusieurs programmes immobiliers tel que l'aménagement en logement de l'ancienne cave coopérative, mais aussi le lotissement de Clermau. Il a aussi parlé de l'achat par la commune des 188 ha des anciens terrains militaires, de la salle des jeunes et de l'aménagement du parc intergénération.  Le maire a par la suite insisté sur l'ambiance et la qualité de travail qui règne aujourd'hui au sein des équipes administrative et techniques, notamment depuis l'arrivée de Fleur Furminieux, nouvelle directrice des services, ainsi qu'Éric Ciribino, policier municipal. Cette ambiance fait écho à celle trouvée au sein du conseil municipal, puisqu'une collaboration constructive s'est établie actuellement avec la liste d'opposition.

Le maire a ensuite présenté pêle-mêle les chantiers à venir comme l'aménagement du parvis de la mairie et  de la place de la Fontaine, le remplacement en Leds des éclairages publics et, bien évidemment, la future halle des sports et la nouvelle bibliothèque. Pour ces dernières les subventions sont en cours et les projets devraient voir le jour.

Après avoir eu une pensée pour les sinistrées de la tornade du 24 novembre, le maire a invité José Sorrola qui a été maire de la commune pendant 25 ans, a recevoir le titre de maire honoraire. Ce dernier a été très touché par le geste et, citant Victor Hugo, a fait un éloge de la république ayant comme socle premier la commune.

OFFICE DE TOURISME SAINT MARTIN DE LONDRES

St-Martin-de-Londres : Séverine Barbelanne quitte l'office de tourisme

  • St-Martin-de-Londres : Séverine Barbelanne quitte l'office de tourisme
    Séverine à l’accueil de l'office du tourisme

En avril 2016, l'office de tourisme de Saint-Martin-de-Londres a fait peau neuve. En effet, les locaux ont été restaurés et adaptés à un accueil de qualité. Parallèlement une nouvelle conseillère en séjour a pris place dans cet écrin.

Rapidement, cette dernière s'est imposée comme une remarquable professionnelle tant au niveau des prestataires que pour les touristes de passage. Son contrat se termine ces jours-ci. L'office de tourisme est une compétence de la communauté de communes du Grand Pic Saint-loup, permettant ainsi d'améliorer en qualité l'offre de prestation sur le territoire. Il y a actuellement deux lieux d'accueil permanent sur le territoire qui sont Saint-Mathieu-de-Trèviers et Saint-Martin-de-Londres. C'est dire l'importance que revêt le travail de Séverine  Barbelanne qui oriente, conseille et surtout accueille les touristes sur le bassin de Londres et avoisinant.

 

Séverine est originaire de Claret et a toujours été très impliqué dans la valorisation du patrimoine local. "Mon objectif est que les vacanciers passent un bon séjour et aient envie de revenir" explique souriante la jeune femme. Puis elle précise, "Saint-Martin possède un cœur de village magnifique et surtout une ambiance unique autour de la fontaine qui séduit énormément les passants. Ce n'est pas partout que l'on voit encore des personnes âgées discuter sous les platanes à la fraîche !"

De fait, elle a initié des animations estivales tendant à faire découvrir d'une manière ludique le village mais aussi les sites avoisinants. Par exemple, elle a organisé des chasses aux trésors tout l'été qui rassemblaient jusqu'à 40 personnes, ainsi que des visites nocturnes commentées du site préhistorique de Cambous.
"Je me positionne comme un intermédiaire entre les professionnels et les vacanciers. J'aurais aimé pouvoir encore plus approfondir ma connaissances des prestataires afin d'encore mieux répondre à leur besoins" explique un point nostalgique Séverine. "J'ai reçu beaucoup de messages de remerciements des professionnels et cela m'a énormément touchée".

Quand on lui pose la question de son avenir, elle répond qu'il ne dépend pas d'elle mais qu'elle souhaite vivement continuer sa mission. Il est vrai que quand on sait qu'un dimanche d'été, l'office reçoit plus de 150 personnes, on mesure aisément l'importance de ce lieu de l'accueil pour le développement touristique du secteur.

Office de tourisme du Grand Pic St Loup est une compétence de la Communauté des Communes (CCGPSL).

A suivre.....

J.D