Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

28/05/2017

LE RENOUVEAU DE L' ASSEMBLEE NATIONALE C'EST NOTRE RESPONSABILITE !!!

LE RENOUVEAU DE L’ ASSEMBLÉE NATIONALE C'EST VOTRE RESPONSABILITÉ !!!!

Si vous en avez assez comme moi de ces partis politiques qui depuis 40 ans nous font des promesses en disant ça ira mieux demain, alors je vous propose de porter vos suffrages sur ma candidature 577-Les Indépendants qui n'ont qu'un seul discours c'est établir un contrat de législature avec vous et non pas des promesses, un contrat c'est un engagement qui oblige à des résultats. Le renouveau de L'Assemblée Nationale est aussi de notre responsabilité , faire ce choix c'est s'engager avec moi pour que je porte vos projets, votre parole, votre ressenti, vos initiatives ,pour l'intérêt général et non pas pour un parti politique. Alors le 11 et le 18 juin engagez vous avec moi pour qu' ensemble nous défendions sans états d'âmes nos Communes,notre Territoire ,nos richesses naturelles, notre sécurité en ayant la main tendue pour nos citoyennes et citoyens en difficultés. Plus vos suffrages seront nombreux, plus nous serons forts,l'occasion qui nous est donnée le 11 et 18 juin ne la laissons pas passée, le temps perdu ne se rattrape pas nos enfants et petits enfants nous en seront reconnaissants.


Jacques Dourau Candidat aux élections législatives de la 4éme Circonscription de L'Hérault.
Conseiller Municipal de Saint Martin de Londres.

577-LES INDÉPENDANTS DE LA DROITE ET DU CENTRE

www.577.fr

27/05/2017

POURQUOI UN DEPUTE , 577-LES INDEPENDANTS DE LA DROITE ET DU CENTRE ?

Société civile, laquelle et pourquoi?

L'objectif de 577 - Les Indépendants est d'introduire, dans la vie politique, des talents issus de la société civile, ancrés dans leur territoire et dans le quotidien des Français. Nos concitoyens le souhaitent également! Ils veulent en finir avec les professionnels de la politique, plus ou moins jeunes, qui sont devenus des spécialistes du réélectoralisme et qui agissent plus par intérêt personnel que général.

Mais quelle société civile? à 577 Les Indépendants et Nous Citoyens , les candidats sont pompiers, commissaires de police, salariés du privé, professeurs, commerçants, membres de directoire, entrepreneurs,retraités...

Cette mixité est la garantie de prendre des décisions applicables, avec des futurs députés qui sauront ce qu'est la recherche d'un logement ou d'un crédit, le coût d'une maison de retraite, les problèmes de transport ou de gardes d'enfants, les inégalités dans le remboursement des soins, les risques pris par les entrepreneurs,les pensions de retraites insignifiantes, les incohérences des mille-feuilles et différents portails administratifs...

La société civile, ce n'est pas un nouveau marketing, ce n'est pas non plus uniquement les citoyens de l'élite et de la France qui va bien!

Être Député 577-Les Indépendants, c'est Responsabiliser et non pas "administrer", c'est Encourager et non pas "aider", c'est Protéger et non pas "défendre", Rayonner et non pas "fermer".

Le 11 et 18 juin 2017 si vous voulez du renouveau à l'Assemblée Nationale, votez pour les Femmes et les Hommes qui vivent comme vous, qui souffrent comme vous, qui partagent, qui donnent ,qui reçoivent comme vous, qui veulent comme vous la réussite de leurs enfants,qui veulent comme vous que les services publics soit maintenus dans leurs communes,qui veulent comme vous que nos enfants aient du travail,qui veulent comme vous de meilleures retraites ,qui veulent comme vous que nous vivions en paix et soyons protégés sur notre territoire, qui veulent comme vous que nos paysans agriculteurs puissent vivre de leurs travail, qui veulent comme vous que notre pays maitrise l'immigration tout en ayant la main tendue aux pauvres de notre pays , qui veulent comme vous que l’accès aux soins soient identiques pour tous, qui veulent comme vous que nos parlementaires rendent compte de leur travail accompli pour leur circonscription chaque année, qui veulent comme vous vivre en harmonie dans leur commune au bénéfice de l’intérêt général.

Alors bien sur la liste est encore longue,en allant à votre rencontre chaque jour j'ai entendu votre parole , vos messages,pas de promesses mais un engagement ferme de responsabilité envers chaque citoyennes et citoyens de notre beau territoire de la 4éme circonscription de l'Hérault.

LES TRAVAILLEURS DE LA SANTE EPUISES ET DEMOTIVES

" Des travailleurs de la santé de plus en plus épuisés et démotivés"
«On observe un épuisement du personnel comme jamais auparavant»
Qu'en est-il en France ?

Lorsque l'on est plus en accord avec ses idéaux, la plupart des soignants étant des idéalistes, cela conduit au "burn out" et ses complications: dépression jusqu' au suicide, infarctus, dépression immunitaire et ses conséquences, troubles neuro-musculaires.....

On peut parler de mise en danger de la santé et de la vie d'autrui; celle des soignants et bien sûr celle des patients.
La politique de santé et de l'organisation des soins depuis 30 ans est catastrophique et les lois Touraine n'ont rien arrangé.

Dans tout autre secteur on aurait parlé de :" Mise en danger de la santé et de la vie d'autrui " et de :" Non assistance de personne en danger ", mais dans le secteur de la santé sous tutelle de l'État, nos médias n'ont depuis 5 ans fait que de dénigrer les professionnels de santé !

Le système de santé " que le monde entier nous envie " est en déconfiture et on a entendu que de l'autosatisfaction de nos élus; " accès gratuit aux soins " pour faciliter les soins, mais pour quels soins et à quel prix pour les soignants ? Et au final pour les patients !

On a Étatisé la santé, on l'a mise sous tutelle en privant les soignants de libertés, en privant ainsi les patients de la liberté de se soigner et les citoyens de décider du choix de leur protection sociale, en tirant ainsi tout le système de santé vers le bas.

Lorsque les hauts fonctionnaires et les élus décident sans entendre les principaux intéressés, les soignants et les patients, lorsqu'ils n'entendent que les appels des sirènes des mutuelles dont la sécurité sociale fait partie, le système de santé ne peut que couler !

Il est peu probable que " EN MARCHE" ne soit autre chose que la continuité de ce qui a été entamé, la financiarisation de la santé, la pire des privatisation, celle d'un capitalisme de connivence d'Etat, celle de mutuelles dont fait parti la sécurité sociale sous contrôle de l'Etat, sans choix, imposées, sans contrat d'adhésion, sans connaître les conditions générales et sans droit de regard sur des gestions opaques.

Soyez vous mêmes les acteurs du changement pour :" La liberté de soigner et la liberté de se soigner en ayant le choix de votre protection sociale de vos soignants ", vous en avez le pouvoir !

Il n'y a plus de LIBERTÉ en matière de santé en France, il n'y a pas d'ÉGALITÉ ou de FRATERNITÉ du fait des régimes spéciaux, il n'y a pas de JUSTICE SOCIALE, il n'y a pas d'ÉQUITÉ la ou le système conventionnel cré des discriminations par des remboursements différenciés; il n'y a qu'une façade de pseudo-philantropie, de pseudo-solidarité qui conduit à une catastrophe sanitaire.

Patients, soignants, cotisants RÉVEILLEZ vous, vous êtes TOUS des malades potentiels et vous allez regretter sinon votre immobilisme.

" La LIBERTÉ ressemble à la SANTÉ, on ne s'en rend compte que lorsque l'on l'a perdu "

Dr Edward W.Metzger

26/05/2017

LA FRANCE A BESOIN D'UNE GRANDE LOI SUR LA MODERNISAION DE SA DEMOCRATIE

La France a besoin d’une grande loi sur la modernisation de sa démocratie plus que d’une loi sur la moralisation de la vie politique.
 
La perspective d’une loi sur la moralisation de la vie politique doit dépasser le stade de l’approche morale, s’abstraire du contexte de montée des populismes et revisiter plus ouvertement tout ce qui fonde la crise de confiance entre les Français et la politique. Le Président de la République ne doit pas se contenter d’une loi de circonstance construite en quelques semaines dans l’élan des récentes affaires, il doit construire le cadre d’une ré-oxygénation de notre démocratie. La très grande majorité des Français – entre 80% et 85% selon les études d’opinion – disent ne plus faire confiance aux hommes et aux partis politiques. Cette détérioration sans précédent de la confiance s’explique par deux questions plus fondamentales, sur la capacité des acteurs politiques à mener des politiques publiques efficaces et sur la qualité, voire la légitimité, de la relation entre les Français et leurs élus.  S’attaquer à la modernisation de notre démocratie mérite une loi audacieuse, allant jusqu’à remettre en remettre en cause les fondements d’un système qui relève davantage de l’oligarchie que de la démocratie. C’est à cette aune que nous pourrons véritablement juger de l’ambition d’un texte sur la modernisation et la moralisation de la vie politique.  Quatre priorités à traiter concomitamment me semblent nécessaires pour moderniser notre démocratie et retisser le lien de confiance avec les Français : l’évolution de la représentation nationale, le respect du principe d’engagement plutôt que de carrière, le statut de l’élu et le financement des partis politiques. 1° Le premier point est le sujet socle. Les Français se sentent-ils bien représentés avec 965 parlementaires – députés et sénateurs confondus – auxquels s’ajoutent les 233 membres du Conseil Economique et Social ? La réponse est évidemment non ! En assurant plus de diversité dans l’engagement politique, en adaptant le nombre de députés à une nouvelle géographie territoriale et en transformant le Sénat en assemblée des territoires, on pourrait passer de trois à deux assemblées et de 1158 membres à moins de 600 parlementaires. Cette évolution aurait le triple avantage de l’efficacité, d’une baisse des dépenses publiques et d’une meilleure incarnation de la France, de ses talents et de ses territoires. 2° Le second point porte sur ce fameux « non-cumul ». La loi de 2014 n’aurait dû s’entendre que par sa capacité à déverrouiller le système politique pour innerver le débat de compétences ou d’expériences nouvelles. Cela impliquait deux règles : la limitation à deux mandats nationaux et trois mandats locaux afin que ce soit le temps des projets et non pas celui des carrières qui rythme l’engagement politique, et le respect d’une limite d’âge comparable à celle qui se pratique dans le privé. 3° Le troisième point concerne le statut de l’élu. Il est d’autant plus essentiel si on veut limiter les mandats dans le temps. Pour attirer de nouveaux profils qui incarnent les évolutions vécues par nos territoires et notre pays, autant que les enjeux à relever, il faut évoluer dans trois directions : les mêmes modalités d’accès à la vie politique pour tous, fonctionnaires ou salariés du privé ; de meilleures conditions de formation, de rémunération et de reconversion pour ceux qui s’engagent en politique ; et une mise à disposition de moyens sur les mêmes bases d’usage et de contrôle que dans une entreprise. De telles dispositions auraient trois avantages : neutraliser les dérives qui défraient la chronique, bénéficier d’un traitement équitable entre les Français et mobiliser de nouveaux talents pour opérer les politiques publiques nécessaires. 4° La quatrième orientation porte sur le financement des partis politiques. Car les dynamiques de mobilisation ne peuvent éternellement se cristalliser autour de grands partis qui profitent outrageusement d’une rente de situation. Leurs parlementaires les alimentent en financements publics qui leur permettent de financer leurs futures campagnes. Un circuit fermé qui bloque les nouveaux entrants. C’est la raison pour laquelle, je propose d’une part de désintermédier les partis des financements publics et de donner l’accès direct à ces financements aux candidats, y compris dans le cadre d’élections locales. Ce sont deux conditions indispensables à l’émergence d’une nouvelle offre politique qui partirait des idées, des projets et des territoires plutôt que des états-majors des partis politiques. Les Français perçoivent de mieux en mieux le décalage abyssal entre la classe politique et les enjeux à relever. Le Président de la République doit s’inspirer des messages forts qu’ils ont exprimés lors de la campagne présidentielle pour répondre à la fois à la demande de renouvellement des acteurs politiques mais aussi à la fracture territoriale qui, plus qu’aucune autre, incarne la crise de confiance qui traverse notre démocratie.

JACQUES DOURAU CANDIDAT AUX ÉLECTIONS LÉGISLATIVES DE LA 4EME CIRCONSCRIPTION DE L’HÉRAULT.

577 LES INDÉPENDANTS DE LA DROITE ET DU CENTRE

www.577.fr
   

COLLECTIF DE SOUTIEN DE JACQUES DOURAU,candidat dans la 4éme circo de l'Hérault